Challenge

Challenge Livra’deux pour pal’Addict *18* [Fév/Mars/Avr]

958642challenge3

Ce n’est pas ma première participation au challenge mais ça fait un bout de temps, alors je me relance dedans et via le tirage au sort ma binôme est Ichmagbücher !
Vous retrouvez les règles du challenge ici.

Voici les trois ouvrages que ma binôme m’a choisis  selon les trois principes :

* Qu’il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire
* Dont il aimerait avoir l’avis d’un ami
* Des titres qui vous interpellent pour leur résumé…

 

 

 

J’ai choisi de lire Aeternia de Gabriel Katz pour commencer, je verrais par la suite si je lis les autres qui me tentent tout autant !

Pour ma binôme je lui ai choisis les trois ouvrages suivant, le 1er vous le retrouvez dans mes coups de coeurs 2017 donc j’aimerais qu’elle découvre cet ouvrage, le second m’a attiré et donc j’aimerais savoir son avis et l’autre parce que le synopsis m’interpelle.

 

 

Comme moi, Ichmagbücher a du mal à choisir et donc lira probablement les trois.

Et vous ça vous dit de participer à la prochaine sessions du challenge ? Passez sur livraddict ! (vers mai)

Challenge·jeunesse·Science-fiction

The book of Ivy, tome 1 d’Amy Engel

2018 Book of ivy

Ma chronique: Quand j’ai commencé à lire ce livre je m’attendais pas à apprécier autant, car l’histoire principale est assez « déjà vu » dans le genre. Un mélange de Roméo et Juliette  et aussi de Cendrillon, deux famille qui se déteste, Ivy qui dois épousé le fils de la famille rivale, qui en tombe amoureuse, la belle-mère et la soeur manipulatrices et méchante à souhait… Bref, vous voyez déjà le truc.

Mais, ce premier tome fut un réel plaisir à lire, l’écriture d’Amy est fluide et prenante on lis chapitre par chapitre sans se rendre compte qu’on mange les pages rapidement. Prenant donc. Ivy est un personnage plutôt attachant et par moment agaçante, Bishop (bonjour le prénom…) est lui le contraire de son père, on ne peu que l’adorer. Ce que j’ai aimé dans l’histoire également c’est le contexte dans le quel la guerre nucléaire à plongé le peuple, les femmes sont à nouveau mise sur le coté juste à marier et faire des enfants et les hommes sont la puissance même du peuple. D’un coté c’est encore le problème ici en moins fort. Le fait que ça soit mis légèrement en avant dans l’ouvrage ferait peut-être réfléchir les « hommes » sur la situation, passée, future et même actuelle des femmes, et le pourquoi on se bat pour nos droits. (mon coté féministe parle désolée).

Enfin, si non je suis un peu sur les fesses concernant la fin un peut stupide de l’ouvrage, et donc j’espère que le prochain et dernier tome finira en beauté parce qu’ici c’est un peu décevant et Ivy nous énerve.
Bref une belle surprise avec quelques défauts mais très agréable, pas de coup de coeur, mais une appréciation excellente.

J’ai lu cet ouvrage pour mon challenge ABC imaginaire 2018, il entre également dans mon challenge littérature de l’imaginaire !

Bonne Saint-Valentin à tous !

Challenge·Nouvelles·Science-fiction

So phare away d’Alain Damasio

2018 So phare away

Ma chronique: Damasio nous offre un recueil plutôt étonnant, bien fourni et presque lourd et oppressant, ce qui donne une lecture plutôt lente et difficile mais je l’ai trouvée agréable t’en l’écriture nous emporte dans les trois nouvelles sans soucis. Petit bémol tout de même pour la dernière nouvelle qui me semble moins travaillée.

Première nouvelle nous envoie dans une histoire plutôt touchante celle d’un père rongé par la culpabilité pour avoir perdu sa fille. Dans sa tristesse, il se sacrifie pour essayé de revenir à une vie plus calme. (J’en dis pas plus faudra lire) Damasio nous fait passé par plusieurs émotion dans cette petite nouvelle très jolie et fluide.

Seconde, le titre de ce recueil, plus science-fiction que la précédente. Un univers assez étrange ou les gens vivent tous sans exception dans des phares (d’où le jeu de mot du titre). La ville est assez futuriste bien que mélangé à l’ancien, signaux lumineux, du morse pour communiqué, une pollution monstre,… Bref un texte superbement écrit où l’on étouffe presque avec les personnages.

La troisième , celle que j’ai le moins aimé et qui fait descendre ma note. Elle est dans le même style que la première, plus courte et moins travaillée, j’en dis même pas plus parce que pour moi j’ai pas retenu, ni noté grand chose sur celle-ci.

En Bref, lu pour mon challenge ABC imaginaire 2018 et entrant dans mon challenge littérature imaginaire dans la catégorie E grâce à l’auteur… Bref pour la catégorie mon challenge est réussi vu que c’est le 3ème auteur dit « classique » que je lis… mais je ne m’arrêterais pas là!

 

Challenge·Science-fiction

La guerre des mondes de Herbert George Wells

2018 la guerre des mondes
Ma chronique : Après Isaac Asimov, je continue ma découverte de grands auteurs de la science-fiction avec le fameux H.G. Wells et son oeuvre probablement la plus connue : La guerre des mondes (enfin ici on peut dire Mars et Terre…).
Une oeuvre vue en film dont j’avoue avoir vu mais avoir peine à m’en rappeler… Donc c’est comme si je découvrais l’histoire, bien qu’au final j’avais des petits flash d’images du film.
Le livre s’avère plutôt différent (changement d’époque notamment) et pour l’époque superbement écrit, j’avoue avoir été emporté et l’écriture de Wells reste agréable et riche. J’ai eu tout de même quelques petits soucis niveau action, qui m’ont semblé un peu vides. J’ai aimé avoir  les réactions de l’être humain fasse à une invasion de martiens, on aurait presque dis que Wells y étais pour avoir autant de descriptions psychologique des gens.
Bien que le roman ne m’a pas plus enthousiasmée que ça je reste heureuse de l’avoir lu et de l’avoir découvert. Wells mérite sa réputation de Grand Auteurs Classique du genre et je suis ravie d’avoir apprécier ma lecture plutôt détente sur le coup.

Lu pour le Challenge ABC Imaginaire, il entre également dans mon challenge littérature de l’imaginaire dans la catégorie E ou je dois lire au moins 3 auteurs classiques ( c’est le 2ème auteur validé pour ce challenge !)

Challenge·horreur

Le Parasite de Ramsey Campbell

2018 parasite
Ma chronique : Vous voulez être déçu par un roman d’horreur ? Être horrifié t’en c’est mauvais ? Alors ce livre est pour vous ! Alors que le grand Stephen King (dont j’ai lu déjà pas mal de livres et qu’il faudrait que je vous chronique…) , cite dans ses romans certains titres de Ramsey Campbell.. On s’attend à du bon mais je dirais pas ça du tout ! Soit une traduction mauvaise fait qu’on voit pas le lien du titre avec l’histoire, soit c’est mais alors là… je sais pas expliqué.
L’histoire même est plutôt simpliste et bonne, une possession et tout ce qui tourne autour soit, mais le texte en lui même est ennuyant et sans intérêt, on s’attache aucunement aux personnages et l’action est si froide qu’on passe à coté comme si elle n’existait pas.

Ce roman un peu spécial qui traite la folie, ou la possession de Rose est comment dire, tiré en longueur, Rose par en cacahuète à la limite de la paranoïa, voir totalement en fait, et ça pendant prés de 300 pages où l’on s’éloigne en fait du but de l’histoire et puis au dénouement, qu’on attendait depuis le début, c’est juste un, Ah enfin c’est fini ! qui sortait de ma bouche. J’ai refermé le livre et je me suis dis celui-là il restera au fond de ma bibliothèque, caché par de nombreux livres bien meilleurs !

Bref une grosse déception, un auteur que King aime et que moi je laisserais sur le coté, à moins que vous connaissez meilleurs que cette déception monumentale ! Faite le moi savoir…. J’ai tout de même dans ma PAL l’ouvrage : « La poupée qui dévora sa mère » Est-ce que c’est meilleur où dans la même trame que ça ? Je verrais bien… peut-être un jour…

Lu pour l’ABC 2018.

abc2018

Challenge·fantasy·jeunesse

Merlin, cycle 1, tome 1 : Les années oubliées de T. A. Barron

2018 Merlin t1

Ma chronique : Un premier tome jeunesse qui nous plonge dans une légende que l’on connait tous: Merlin. Mais avant d’arrivé au grand barbu que l’on connait tous, nous faisons connaissance d’un jeune garçon nommé Emrys, un personnage plutôt attachant et sympathique. Cette version de l’histoire de Merlin est assez nouvelle pour moi, c’est la première fois que je lis un roman commençant par sa jeunesse. Vous l’aurez probablement compris Emrys = Merlin.

Ce premier tome met en place tout l’univers, l’histoire et surtout l’intrigue. Ce qui donne peut-être un peut trop de longueur au texte, surtout pour un jeunesse, ça peut lassé…
Bien que les descriptions sont superbes et m’ont permis de voyager et d’entrer dans l’histoire, j’ai pris énormément de pauses entre les chapitres t’en certains me paraissaient lourds bien qu’intéressants.

Concernant l’écriture de l’auteur, c’est assez fluide et maîtrisé et quelques passages sont un souffle qui permet tout de même au récit de respirer un peu.

Au final une mise en place digne d’un fantasy mais trop longue pour un jeunesse qui pourrait faire fuir justement le publique visé au départ. L’idée de Baron sur la jeunesse de Merlin est pour moi une réussite. Mais avec les pauses lectures et quelques longueurs ce premier tome reste une bonne lecture mais sans plus. Je continuerais la saga, vu qu’elle est dans ma PAL.

Je me la procurerais probablement en version papier prochainement.
Lu à l’occasion du challenge ABC imaginaire et entre également au challenge de la littérature imaginaire.

Challenge·fantasy

Damenndyn, tome 1 : Damenndyn et le grimoire d’Esklaroth de Rose Berryl

2018 dammendyn

Ma chronique: A l’époque de sa sortie aux éditions La Page, le livre avait été un énorme coup de coeur, il y’a déjà 13 ans ! Et voilà que je replonge grâce à l’auteure dans le monde de Lythuste.

Je dois dire que cet ouvrage reste dans mes favoris, et Rose est probablement l’auteur d’origine Belge, que je préfère… faut dire ce qu’il est j’ai pas encore rencontré, ni lu, beaucoup de livres d’auteurs fantasy venant de mon petit pays qu’est la Belgique. Mais que les auteurs fantasy belges se tiennent à carreaux, Rose Berryl à mis la barre très haute !

Bien que je me rappelle absolument pas que les événements principaux du roman se passent dans le grimoire que Dammendyn à reçu (enfin dans le grimoire… lisez vous verrez), et que c’est moins axé sur Daïron et elle au final. Du coup un peu déçue car je me faisait une immense joie de retrouvé la Dammendyn de mes souvenirs, bien qu’elle soit présente j’ai moins été attirée par son personnage du coup. Mais d’autre on pris une place dans mon petit coeur : Sephora, Sephirius et peut être bizarre mais aussi Soraya. Evidemment ses personnages m’ont semblé plus présent que Dammendyn elle-même. je passe quand même pas mal de personnages, car il sont nombreux, comme tout fantasy !

Niveau histoire, elle est toujours aussi travaillé que dans mes souvenirs, sombre, envoûtante on à du mal à décroché, bien que j’ai du le faire plusieurs fois contrairement à ma lecture de « Kryna » également de Rose Berryl que j’ai lu quasi d’une traite. La plume de Rose est toujours aussi prenante et belle. J’aime beaucoup le coté suspens et sombre qu’elle donne à ses romans, j’ai encore été servie ici.

Niveau couverture de l’ouvrage par contre c’est joli, simple, mais qu’est-ce que la couverture de la première édition était belle… et je la préférais à celle-ci. Nous ne choisissons pas malheureusement (puis j’ai quand même les 2 tomes des éditions La Page dans ma biblio.)

Au final, je le dis même à Rose qui lira probablement ses petites lignes, je serais ravie d’avoir la version papier de la saga et j’espère me la procuré rapidement ! Parce que même si cette re-lecture n’est pas un coup de coeur, elle reste l’une de mes préférées et surtout le coup de coeur de mon adolescence et de mon début dans les ouvrages fantasy. (par contre pour me le procuré ça sera pas par Amazon… j’ai pas validé mon compte car faut payé par carte de crédit (et non de banque) et l’enregistrer pour commander et ça j’ai pas ! )

Alors merci Rose, continue à écrire et à nous faire rêver !

 

 

Cet ouvrage rentre dans mon challenge Littérature de l’ imaginaire

cli6c-poumonvert_ianrmacleod